Un garagiste a t-il le droit de vous demander de payer un démontage pour diagnostiquer une panne ?

Le contrat de réparation pose souvent une question fondamentale celle du prix qui sera in fine facturé.

En effet, il s’agit là d’un élément éminemment anxiogène lorsque l’on confie son véhicule, dont on a absolument besoin et qui est en panne, à un garagiste : combien la réparation va-t-elle coûter ?

Bienheureux celui qui aura une réponse immédiate et ferme sur ce point !

Cela n’et en rien dû à une quelconque incompétence ou mauvaise foi du garagiste, cette incertitude de prix lors du premier contact résulte tout simplement de la nature même de l’intervention demandée au professionnel de l’automobile qu’est le garagiste : il doit d’abord diagnostiquer la panne sur la voiture avant de proposer une solution de réparation.

Or les automobiles étant des biens d’une construction (de plus en plus) complexe, l’établissement d’un diagnostic fiable demande parfois certains efforts et des investissements financiers.

Prenons le cas d’une panne dont le garagiste estimerait qu’elle trouve sa source dans un élément qui n’est pas immédiatement accessible ; le garagiste devrait donc, préalablement, procéder aux démontages qui s’imposent pour pouvoir accéder à l’élément dont la défaillance est suspectée avant de l’examiner, d’en confirmer le mauvais fonctionnement et enfin, me cas échéant, d’en préconiser le remplacement.

Or, tout le temps passé en démontage pour accéder à l’élément défaillant est naturellement facturé par le garagiste.

Par conséquent, ce dernier peut très bien demander à son client de payer des opérations de démontage pour recherche de panne.

Quid maintenant si le démontage payé ne permet pas de détecter la cause de la panne ?

La situation peut alors devenir plus problématique cas il pourra être reproché au garagiste par son client un manquement à son devoir de conseil.

En effet, le garagiste en tant que professionnel doit toutes à son client les opérations utiles pour réaliser la réparation contractuellement demandée, mais il doit également conseiller uniquement les opérations utiles.

Ainsi, et par exemple, un garagiste qui demande à son client d’autoriser un démontage du moteur alors qu’il s’agit d’un problème d’amortisseur faillirait a priori à son devoir de conseil.

Encore une fois, l’on constate qu’il est plus que jamais nécessaire d’avoir confiance en la compétence de son garagiste, l’on pourra être d’autant rassuré que celui-ci n’entreprendra et ne facturera pas de travaux inutiles.